En période électorale…

Quelques citations qui laissent à réfléchir, en temps de période électorale

« Le Grand Inquisiteur des Frères Karamazov, qui est, dans la pensée de Dostoïevski, la réalisation de l’Antéchrist, promet aux hommes le pain, la paix et la terre ; mais il leur demande en échange leur liberté et leur conscience. »

« Il est clair que les peuples, surtout s’ils sont petits, qui font passer le souci de leurs intérêts économiques avant celui de leur vocation spirituelle, sont d’avance perdus pour l’histoire. »

« Et il y a deux manières de subir. L’une qui est une démission, une acceptation de l’inacceptable. L’autre qui est une résistance, une grandeur, et qui sait revêtir parfois une dignité extraordinaire. »

« Les moralistes disent qu’il n’est jamais permis de faire le mal, fut-ce en vue d’un bien, et qu’une fin bonne n’est jamais capable de justifier un moyen mauvais. Il n’est pas davantage permis de choisir le moindre mal pour le faire ; ce qui est permis, dans certaines circonstances, c’est de choisir le moindre mal pour le tolérer. » C. Journet, Exigences chrétiennes en politique.

« Dans les débats, parfois compliqués, de notre société, dire clairement ce qui semble bon pour la vie en commun est une responsabilité de chacun. Pour nous catholiques, nous ne pouvons rester indifférents à tout ce qui, d’une manière ou de l’autre, porte atteinte à l’homme. Cela signifie de l’intérêt pour les aspirations de nos contemporains, mais aussi une liberté intérieure qu’il faut savoir manifester avec le courage de l’Esprit même et surtout si elle est contraire aux discours ambiants et aux prêts-à-porter idéologiques de tous bords. » (CEF, Retrouver le sens du politique).