Art, Culture et Foi

Collégiale EG rognée3 Visite Guidée de la Collégiale et de son cloître

Juillet à Septembre 2017
mercredi et dimanche de 16 heures à 18 heures


 

Présentation détaillée  de la Collégiale et de son cloître : Recto et verso

Les 4 Evangélistes dans la Collégiale : ici

Un peu d’histoire:
    Sur la rive droite du Rhône, en royaume de France, fondation au Xème siècle de l’Abbaye bénédictine Saint André, en haut du Mont Andaon, sur le tombeau de Sainte Casarie (Ermite du VIème siècle).

1292 : Paréage (Contrat de droit féodal) entre le Roi de France Philippe IV le Bel et l’abbé de Saint André, prévoyant la construction d’une tour à l’extrémité du Pont d’Avignon (La Tour Philippe le Bel : 1303), ainsi qu’une fortification du Mont Andaon (Le Fort St André réalisé aux environs de 1360 sous le roi Jean II le Bon).
1293 : Fondation par Philippe le Bel de la « Villa Nova » en face d’Avignon : « Villeneuve Saint André » (Blason, composé de Fleurs de lys du Roi de France et de la Croix de Saint André de l’Abbaye, rappelant la double filiation de Villeneuve).
1309 : Arrivée des Papes à Avignon 1 er Pape : Clément V (1305-1314), 2 ème pape : Jean XXII (1316-1334).
1320 : Installation à Villeneuve du Cardinal Arnaud de Via, neveu du Pape Jean XXII.
1 er juin 1333 : Consécration par le Pape Jean XXII de la chapelle privée d’Arnaud de Via, dédiée à Notre-Dame.
7 août 1333 : Création par Arnaud de Via d’un collège de douze chanoines, chargés de desservir sa chapelle, devenant Collégiale.
1335 : Mort d’Arnaud de Via à Avignon.
1336 : Première mention du cloître.
1356 : Fondation de la Chartreuse du Val de Bénédiction à Villeneuve par le Pape Innocent VI (1352-1362). Après la révolution, affectation de la Collégiale comme église paroissiale à la place de l’église Saint Pons (XIIIème siècle).

Architecture extérieure:
   A l’ouest, un chevet plat percé d’une grande verrière, flanqué de deux tourelles d’escalier percées d’archères. Au sud, entre des contreforts, une porte ouverte lors de la réorientation de la chapelle en 1356. A l’est, un grand clocher-tour (Beffroi) construit sur l’ancien porche à trois baies qui enjambait la rue principale (La Via Recta) située dans le prolongement de la rue aux arcades de l’Hôpital. Contre le clocher-tour, sur son côté nord-ouest, une tour d’escalier distribuant les terrasses de l’édifice et portant le clocher-plat à deux arcades.

Architecture intérieure:
  Nef unique composée de six travées voûtées d’ogives, flanquée de douze chapelles latérales. Les symboles des quatre Évangélistes aux quatre coins de la nef, à la hauteur des verrières. Deux ensembles de trois travées : dans les trois travées de la partie est de la Collégiale, les colonnettes des piliers vont jusqu’au sol. Dans les trois travées de la partie ouest, les colonnettes se terminent sur des consoles historiées, représentant la Vie et la Passion du Christ. Lors de la construction de la chapelle (1333) : Installation probable du maître-autel à l’ouest, sous le chevet plat percé d’une grande verrière ; à l’est, un oculus dans le mur du fond de la chapelle ; ouverture d’une porte à l’est vers la ville nouvelle. Déplacement du maître-autel à l’est (1356) ; fermeture de la porte à l’est qui donnait sur le porche ; ouverture d’une porte au sud dans une chapelle latérale (N° 10) ; fermeture des trois baies du porche. Nouvelle consécration de la chapelle (1426), après sa réorientation.

1746-1749 : Création d’un chœur avec stalles pour les chanoines derrière le maître-autel, dans l’espace de l’ancien porche. Construction d’une voûte en plein-cintre avec des caissons peints en trompe-l’œil, pour assurer le passage entre la nef et le nouveau chœur. Construction d’une voûte pentagonale d’arêtes doubles à cinq branches par l’architecte villeneuvois Jean-Baptiste Franque (1683- 1758), en forme d’ellipse, dont l’axe principal est aligné sur l’axe de la nef, afin de réaliser visuellement un réalignement de l’ensemble.